logo mesemrom

DEFENSE ET SOUTIEN AUX ROMS DE PASSAGE A GENEVE

 

images d'Eric Roset

 

 

  Accueil    Projets    Statuts    Evenements    Archives    Photos    Infos    Liens    Contact    Newsletter 

évènements

Remise des signatures de la pétition

Non à la criminalisation de la mendicité!

Entrée en vigueur en 2008, la loi interdisant la mendicité à Genève est inhumaine, discriminatoire, stigmatisante, inefficace et coûteuse. C’est sur la base de ce constat qu’un collectif d’associations a lancé le 8 décembre 2011 une pétition pour demander son abrogation. A travers la récolte de signatures, le collectif a voulu amener l’opinion publique à réfléchir à la question de la précarité que la situation des Roms mendiants présents à Genève rend visible.

Pendant les mois de février et de mars des stands de sensibilisation ont ainsi été organisés dans plusieurs quartiers de Genève. Ils ont permis d’entrer en discussion avec la population genevoise et d’échanger de manière conviviale et constructive. Le samedi 18 février, les associations ont invité les passants à être le maillon solidaire d’une chaîne de mendiants. Tout au long du mois de mars, différents évènements autour des enjeux liés à la mendicité et à la présence des Roms à Genève, ainsi que des moments festifs favorisant la rencontre entre les Roms et la population genevoise ont eu lieu.

En ouverture de ce mois de réflexion et d’action, la journée de conférences « Mendicité: l’amende ou la pitié? » organisée par l’Institut Romand Systématique d’Ethique, s’est déroulée à Uni Bastions, le vendredi 02 mars.

Quelques rencontres ont prolongé cette phase de réflexion, notamment :

  • le samedi 10 mars dès 20h, au théâtre du Galpon: 11 auteurs et artistes de genevois rassemblés sous l’initiative du groupe ART+POLITIQUE se sont réunis pour lire leurs textes lors d’une soirée de soutien à la pétition.
  • le mardi 27 Mars dès 19h, à la Maison verte: un buffet convivial accompagné de musique manele est offert en présence de Roms
  • le jeudi 29 mars dès 19h au Gavroche, un café des Libertés est organisé avec le CODAP sur la problématique suivante : « Roms, entre ici et là-bas ? Politiques et migrations entre Roumanie, France et Suisse ». Projection du film Tiers-paysage de Naïs Van Laer et Yasmine Bouagga à 19h, suivi d’un débat avec le public en présence de spécialistes invités.

Enfin, en point d’orgue de ces manifestations, deux spectacles exceptionnels de la troupe Kesaj Tchave, ensemble musical d’enfants roms de Slovaquie, se sont succédés le samedi 31 Mars à 20h à la salle du Môle (Pâquis) et le Dimanche 1er Avril dès 14h à l’Espace Solidaire Pâquis autour d’un buffet convivial.

Le collectif demande au Grand Conseil d’abroger l’article 11A alinéa 1 de la Loi pénale genevoise car :

  • Une société respectueuse des droits fondamentaux ne peut punir une personne uniquement parce qu’elle est pauvre et demande l’aumône.
  • En criminalisant la pauvreté par la conversion des amendes en jour de prison, on porte atteinte à la dignité de toutes les personnes qui vivent dans la précarité en Suisse.
  • A Genève, la mendicité n’est pas le fait d’organisations criminelles. Mendier n’est pas un choix de vie, mais une question de survie, liée à une urgence sociale.
  • L’expérience genevoise a montré que l’interdiction de la mendicité ne sert à rien. Le phénomène n’a pas diminué et son interdiction entraîne des coûts considérables pour les contribuables, tant en termes de personnel policier que de frais administratifs et judiciaires. Par conséquent, cette loi n’atteint pas le but escompté et apparaît manifestement disproportionnée dans les moyens qu’elle met en œuvre pour tenter de rendre invisible la pauvreté à Genève.


Photo © Eric Roset

 

Photo © Eric Roset

 

Photo © Eric Roset

 

Photo © Eric Roset

 

Photo © Eric Roset

 


Inauguration des Bains d’Aiud

Bains d’Aiud

Des membres du comité se sont rendus à l’inauguration des bains publics à Aiud le vendredi 16 mars à 11 heures. Ils seront ouverts au public dès le 1er avril prochain. Les bains sont d’excellente construction et la Municipalité est très fière d’avoir mené ce projet à terme. La presse et la télévision locales ont couvert l’événement.

Inauguration des bains : De gauche à droite, Mme Marcela Serban, du bureau préfectoral d’Alba Iulia, M. Mihai Horatiu Josan, maire d’Aiud et Me Dina Bazarbachi, membre du comité de Mesemrom. Photo © Eric Roset

 

 

Discours de Me Doris Leuenberger : de gauche à droite, M. Romul Popa, Vice président du Parti National Libéral pour le département d’Alba Iulia, Mme Marcela Serban, du bureau préfectoral d’Alba Iulia, Mme Alexandra Rus, conseillère municipale, Me Doris Leuenberger, membre du comité de Mesemrom, M. Mihai Horatiu Josan, maire d’Aiud, M. Krecsak Adalbert, adjoint au maire, et le pope d’Aiud, M.Teofil Sasu. photo © Eric Roset

 

Les bâtiments vus de l’extérieur. photo © Eric Roset

 

La plaque  à l’entrée des bains, mentionnant les donateurs.  photo © Eric Roset

 

Une femme pose devant les machines à laver
Une femme pose devant les machines à laver. photo © Eric Roset

 

Le pope Teofil Sasu bénit les bains. © Eric Roset

 


8 Avril 2011

40ème journée internationale des Roms

« Le 8 avril 1971, se réunissaient à Londres des activistes roms de toute l’Europe, où ils fondèrent l’Union romani internationale (URI) *. Les délégués provenaient d’Espagne, de France, de Yougoslavie, de Grande-Bretagne, de Hongrie, de Roumanie, etc.

L’influence de Berbeski y fut prépondérante. Il était rom, ami de Tito et membre du comité central du parti communiste yougoslave. C’est pourquoi une certaine terminologie yougoslave persiste encore parfois dans des proclamations de l’URI, dont on considère parfois que le berceau fut en ex-Yougoslavie. Il n’en est rien.

Depuis la fin du XIXe siècle, des intellectuels et militants roms suivent l’actualité internationale et réfléchissent aux moyens d’une libération moderne du peuple rom. Après la seconde guerre mondiale, il y eut plusieurs tentatives de proclamations en ce sens, mais aucune finalement n’abouti avant le congrès de Londres.

Actuellement, les vétérans fondateurs de l’URI existent encore pour la plupart, et mériteraient d’être contactés avant qu’ils n’aient tous disparu.

Ils décidèrent, ce jour-là, que le 8 avril serait la journée internationale des Roms (à l’instar de Klara Zetkin qui avait décidé que le 8 mars serait la journée internationale des femmes).

Ils créèrent un drapeau : vert au sol pour l’herbe, bleu en haut pour le ciel, et la roue rouge au centre pour rappeler la roue du drapeau indien – l’Inde étant le lieu d’origine des Roms. Ils créèrent un hymne international « Gelem gelem », et demandèrent à tous les États la reconnaissance du génocide des Roms, lors de la deuxième guerre mondiale.

Depuis ce jour de 1971, cette reconnaissance n’est toujours pas advenue et la journée internationale des Roms, qui devait être une journée d’affirmation politique de la dignité des Roms, est devenue presque partout un moment de folklore. Mais son influence progresse à l’Ouest et certainement sera un jour officialisée, à l’égal du 8 mars pour les femmes. »

Claire Auzias, ce 25 mars 2011, pour Mesemrom, Genève.

*L’histoire de l’URI est rapportée dans le livre de Jean-Pierre Liégeois, Mutation tsigane, la révolution bohémienne, Editions Complexe, PUF,1976


Le 8 avril 2011, Mesemrom a fêté le 40ème anniversaire de la journée internationale des Roms

Afin de saluer cette journée et ses principes fondateurs, Mesemrom a organisé une fête pour les Roms de passage à Genève. Mais cela a également été l’opportunité de marquer le soutien que nous leur apportons, à leur lutte de tous les jours pour garder une dignité qui leur est trop facilement enlevée et facilement entachée par des préjugés racistes, ou encore des jugements de valeurs sur leur vie à Genève.

Dès le matin une campagne contre les préjugés a été diffusée sur internet: www.mesemrom.org/projets.html

Dès 17h30 un tournoi de foot a eu lieu sur la plaine de Plainpalais et nous avons également proposé un atelier d’écriture de banderoles destiné à recueillir des slogans revendicatifs et relatifs aux droits des Roms. Le tout s’est terminé en musique.

A 18h, parallèlement à ces activités, la conteuse Nouka Maximoff, invitée d’honneur de cette journée est venue conter ses histoires tsiganes pour petits et grands.

Vers 19h30 les Roms ont défilé avec leurs banderoles, accompagnés de musiciens des rues jusqu’à la maison des associations.


Après un délicieux repas servi et préparé par les Roms, la soirée s’est terminée en dansant.

Un grand merci à tous les membres qui ont participé à la réalisation de cette journée,et au soutien que nous ont apporté:
-l’historienne Claire Auzias, spécialiste des Roms pour son texte du 8 avril
-les artistes:Nouka Maximoff (conteuse)et Mihai et son groupe pour leur animation culturelle
-la maison des associations pour l’accueil
-les associations qui ont offert le buffet
-les Roms: pour leur présence et un particulier coup de chapeau à l’équipe qui a préparé le repas
-la COTMEC, l’ECR, Caritas et MIGRACT pour leur soutien


Accueil-Projets-Statuts-Evénements-Archives-Photos-Infos-Liens-Contact

Plan du site -Copyright images: Eric Roset

Propulsé par Wordpress | Thème par WP Remix | Traduction (niss.fr)

¨